TRANNY SECRETARY HIGHT SCHOOL 19

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

TRANNY SECRETARY HIGHT SCHOOL 19Samantha leva la main.- Madame la professeure?- Oui mademoiselle….Samantha, c’est bien ça? Vous avez une question?- Vous nous avez montré plusieurs méthodes pour nous défendre en cas d’agression, mais que faire si on est immobilisée au sol par plusieurs agresseurs.Stéphanie réfléchit quelques secondes avant de répondre.- J’aurais envie de vous dire que le mieux est d’éviter de se retrouver dans cette situation, mais si cela arrive malgré tout, il y a des moyens de s’en sortir. Je vais vous montrer une ou deux techniques simples.La professeure s’allongea sur le dos.- Allez-y, essayer de m’immobiliser à plusieurs. Je vais vous faire voir comment vous dégager.D’un signe de la tete de Samatha, 5 élèves se jetèrent en même temps sur elle.Les quatre première saisirent chacune un membre et la cinquième s’allongea en travers sur son ventre. Samantha releva sa jupe et vint s’assoir sur son visage.Stéphanie fut totalement surprise de la rapidité et de la coordination de cette attaque. Elle ne parvint pas à se dégager comme elle l’avait escompté. Pour bien faire, Samantha frottait energiquement son cul sur son visage, l’empechant de respirer correctement. Elle fut vite au bord de l’asphixie.”Lèche!” lui dit-elle si tu veux respirerStéphanie fut obligé de sortir la langue et de nettoyer la rondelle de Samantha.”Décidement, j’adore votre cours” dit-elle en gémissant.Samantha profitait de la langue de sa professeure depuis quelques minutes quand une idée lui traversa l’esprit.”Prends ma place” dit-elle à une de ses camarades.Une fois relevée, la jeune fille chercha dans la salle quelque chose à mettre sous le bas du dos de Stéphanie. Elle trouva un sac de frappe qu’elle traina sur le sol.- Levez lui les jambes!- Plus haut. Je veux mettre ce sac sous ses reins.Les deux élèves qui s’occupaient des membres inférieures s’étaient mises debout et maintenaient fermement chacune une des jambes à la verticale.Samantha releva la robe de Stéphanie.- Mais qu’est- ce que vous faites? cria cette derniere affolée.- Vous etes une pauvre jeune fille sur le point de vous faire violer professeur. Dépéchez-vous de trouver une parade.Stéphanie se débattit mais en vain.Après l’avoir lubrifié avec le gel qu’elle avait pris dans son sac, Samantha pénétra lentement l’anus de sa professeure. ARGHH, non, stop, ça fait mal……. Arghh, Arghh, moui, moui, ENCORE, Hum c’est bon, OUIIIIII….Le cris de douleurs de Stéphanie s’étaient peu à peu transformés en rales de plaisir. Les élèves qui lui tenaient les jambes n’avaient plus rien à faire, leur professeure les écartait elle-même pour faciliter la penetration.Elles n’allaient pas rester les bras ballants. Une se mit à lui caresser les couilles pendant que l’autre lui attrapa la queue. Delphine qui avait pris la place de Samantha, s’était allongée sur sa professeure de façon à lui recouvrir le visage avec ses seins. Elle se mit ensuite à mordiller et a suçoter les propres tétons de Stéphanie.Celle-ci n’en pouvait plus. Agressée de toutes parts, elle n’allait pas tarder à rendre les armes.Sophie qui lui astiquait la queue s’en rendit compte. Elle se pencha de akdeniz escort façon à pouvoir emboucher le gland. C’était le moment précis où ANTOINETTE et REBECCA avait décidé de venir voir comment se déroulait le cours.Elles furent stupéfaites en voyant leur nouvelle professeure maintenues au sol, léchée, sucée et sodomisée par ses élèves.- Il faudait peut-etre intervenir? dit Rebecca- Surtout pas, elle a l’air d’apprécier.- Mais enfin, c’est une professeure tout de même. On ne peut pas admettre un comportement pareil!- Oui je sais, tu as raison. Il faudra sévir, mais laissons les d’abord finir. Décida Antoinette.Avec Samantha qui lui ramonait furieusement le fion, Delphine qui lui mordillait les tétons et Sophie qui la pompait goulument, Stéphanie était aux anges.Elle sentit un liquide tiède envahir ses entrailles. Cela déclencha immédiatement sa propre éjaculation. Elle deversa des flots de foutre dans la bouche de sa suceuse qui ne réussi pas à tout avaler. Du sperme gicla sur son ventre et sa poitrine. Les filles qui lui maintenait les bras se précipitèrent pour la nettoyer à coups de langue.”C’est le moment d’entrer” dit ANTOINETTE.Elle ouvra brusquement la porte et penétra l’air horrifiée dans la salle. – Mais qu’est-ce que vous faites! cria-t’elle avec une colère parfaitement simulée.Toutes les élèves se levèrent immédiatement. Stéphanie se releva également et rabattit les pans de sa robe. Elle était aussi penaude que les élèves.Personne n’osait répondre.- Mais enfin, qu’est ce qui vous a pris? tonna la directrice. J’exige des explications!- C’est ma faute. dit Samantha. Je ne sais pas ce qui m’a prise, je me suis laissée entrainer par l’excitation. J’ai eu une envie soudaine, irresistible.- Je vais vous apprendre à maitriser vos hormones, mademoiselle! Gronda la directrice sur un ton plein de menaces.- Mme REBECCA, auriez-vous l’obligeance de faire venir les marraines de ces élèves, s’il vous plait?La professeure de maintin s’empressa de rejoindre le batiment où les élèves de deuxième année terminaient leur cours, et revint rapidement avec elles.- Mesdemoiselles les marraines! Je suis extremement mécontente de l’attitude de vos filleules cet après-midi. Leur comportement avec leur nouvelle professeure est absolument innaceptable.- Prenez chacune une chaise et placer là sur une ligne! leur ordonna t’elleLes marraines s’executèrent.- Mesdemoiselles les filleules, rejoignez vos marraines respectives!Chaque élève suivit les ordres de la directrice.- Non, pas vous! dit cette dernière à Samantha alors qu’elle s’appretait à rejoindre ANNA. Je m’occuperais de vous tout à l’heure. En tant que meneuse, vous aurez droit à un traitement particulier.- Mettez-vous à plat ventre sur les genoux de vos marraines!Le ton de la voix de Mme ANTOINETTE ne supportait pas la moindre objection, et toutes les élèves se retrouvèrent en position d’etre fessées comme des petites filles par leur mamans.- Levez bien les jupes de vos filleules, et baissez leurs culottes! Je ne veux voir que leur fesses bien roses.Les marraines s’executèrent et toutes les filleules se retrouvèrent les fesses exposées mezitli escort au milieu de la classe. Elles étaient mortes de honte. Même Stéphanie était très mal à l’aise en les voyant.- Maintenant, je veux que vous me fassiez rougir tout ça! ordonna la directrice.Les première claques s’abattirent sur les fessiers, tout d’abord de façon assez timide. La plupart des marraines avaient noué des liens forts avec leur filleules, et elles n’osaient pas leur faire trop de mal.- Je ne vous ai pas demandé de leur caresser les fesses! gronda Mme ANTOINETTE, mais de leur étriller le derrière. C’est votre rôle de marraine de punir vos filleules quand elles font des bétises.- Plus fort que ça, je veux que ça claque! Cria t’elle de nouveau.Les jeunes filles se mirent a frapper en cadence le cul de leur filleule. Les mains des unes s’échauffaient alors que les fesses des autres rougissaient.Beaucoup émettaient des petits cris de douleur indignes d’une jeune fille bien élevée. Certaines pleuraient presques et imploraient le pardon à leur marraine, ce qui avait plutôt pour effet de les inciter à frapper encore plus fort.Ce n’était cependant pas une punition pour tout le monde. A la façon dont elles remuaient leur popotins, certaines appréciaient manifestement d’etre ainsi fessées en public.Les mains des marraines s’abattaient avec force sur le cul de leur filleules depuis déjà 5 bonnes minutes quand la directrice leur ordonna de cesser. Les jeunes filles poussèrent un ouf de soulagement intérieur, pensant que leur punition était terminée. Quelle erreure!- Je pense que le cul de vos filleules est maintenant bien échauffé. Prenez chacune un de vos escarpins et maintenez le par le talon. Ensuite reprenez la fessée en frappant avec la semelle.” Petit garçon, c’est comme cela que ma mère me punissait quand je faisais une betise” précisa la directrice. Les coups reprirent de plus belle sur les derrières déjà endoloris. Le cuir des semelles étant beaucoup plus dure que la paume des mains, les claquement étaient maintenant plus secs et beaucoup plus douloureux.Les jeunes filles se tortillaient pour essayer d’échapper à leur chatiment.Samantha vit que l’une d’elle commettait la même erreure qu’elle lorsque sa mère l’avait fessée. En bougeant dans tous les sens, ses testicules avaient jaillis entre ses fesses.Mme ANTOINETTE se déchaussa et prit son escarpin par la pointe.- Cachez moi ça! dit-elle en les frappant avec son talon aiguille.Samantha attendait debout en silence pendant que ses complices se faisaient corriger. Elle se demandait quel traitement particulier lui réservait la directrice étant donné son rôle de leader. Elle était morte de trouille.La punition des jeunes élèves prit fin. Chacune se releva péniblement de sur les genoux de sa marraine. A la façon dont elle marchaient, on voyait que leur derrières les faisaient souffrir. Certaines avaient même les yeux embués de larmes.- Mme REBECCA. Auriez-vous l’amabilité de rapporter une canne s’il vous plait? Demanda la directrice.Pendant que la professeur de maintien allait dans son bureau, Mme ANTOINETTE héla ANNA.- Mlle ANNABELLA! Veuillez faire yenişehir escort mettre votre filleule en position! Les mains sur le bureau, les fesses en arrière et les jambes légèrement écartées.”Je suis désolée Sam” dit-elle à sa filleule en la conduisant.- Maintenant, vous relevez bien sa jupe au dessus de sa tête et vous baissez sa culotte jusqu’aux chevilles. Samantha était rouge de honte, le cul exposé au milieu de la classe telle une gamine. Il ne manquerait plus que Lydia soit là se dit-elle, elle se serait faite une joie de filmer et d’envoyer la vidéo à sa mère et à Claudia.Mme REBECCA revint avec une baguette en rotin d’environ 1,20 m de longueur et 1 cm de diamètre. – Tenez Mlle! dit elle en s’adressant à ANNA. C’est à vous de punir votre filleule.ANNA commença a donner un premier coup timide. Il n’était pas fort, mais Sam poussa quand même un petit cri.- Allons Mademoiselle! cria la directrice. Ne me dites pas que c’est tout ce dont vous êtes capable? Je vous conseille de mettre plus de coeur à l’ouvrage, sinon c’est Mme REBECCA qui va s’en charger. Je pense que votre filleule risquerait de le regretter.ANNA murmura ” excuse moi ma chèrie, je n’ai pas le choix”.La canne fendit l’air et frappa la chair rose d’un coup sec.Samantha hurlait toujours quand un nouveau coup, puis un autre et encore un autre s’abattirent sur ses fesses. ANNA devait donner le change. Elle savait que si elle ne frappait pas assez fort, la professeure de maintien la remplacerait et que le chatiment serait encore bien pire.Les fesses de Samantha devinrent rouges, puis violettes. Elle hurlait et pleurait sans discontinuer. ANNA en était malade.La directrice mit fin à son supplice quand les premières marques noires apparurent.- Ca suffit! Je pense qu’elle a compris la leçon.Mlle ANNABELLA, avant de raccompagner votre filleule dans sa chambre, vous passerez me voir.Samantha n’entendit pas les consignes qu’elle lui donna.Une élève aida ANNA pour la ramener. Sa marraine ne lui décrocha pas un mot durant tout le trajet jusqu’à la chambre.Pour Samantha, c’était presque aussi dure à supporter que le chatiment qu’elle venait de subir.- Dis moi quelque-chose s’il te plait. Je ne supporterais pas que tu ne m’aimes plus. Lui dit-elle en l’implorant.ANNA ne put s’empecher de la prendre dans ses bras et de l’embrasser.- Si je t’aime mon bébé et c’est pour cela que je vais devoir etre encore sévère avec toi.Après avoir prononcé cette phrase, elle sortit un objet de son sac.- Qu’est-ce que c’est ?- Une cage. C’est la directrice qui me l’a donnée pour que je te la mette.- Mais pourquoi?- Quand une jeune fille n’est pas capable de controler son petit oiseau, on n’a pas d’autre solution que de l’enfermer. ANNA emprisonna la queue de sa filleule dans une petite cage métallique qu’elle verrouilla.- Il faut que je donne la clef à la directrice, lui dit-elle tristement.Antoinette convoqua la nouvelle professeure dans son bureau.- Je comprends parfaitement votre envie de vous faire baiser, c’est tout naturel, mais pas de cette façon par les élèves. Vous avez un rang à tenir en tant que professeure. Il y a de nombreuses enseignantes ici qui se feront une joie de vous rendre ce service. Joignant le geste à la parole, elle releva la jupe se son tailleur et exhiba son sexe en érection.- Je vais commencer par vous donner votre premier cours particulier! dit-elle a Stéphanie en la forçant à se mettre a genoux.

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan olun

Bir yanıt bırakın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.


*